L'homme qui voulait rentrer chez lui

L'homme qui voulait rentrer chez lui

Éric Pessan

École des Loisirs

  • par
    20 février 2019

    Publié à l'École des loisirs, il serait maladroit et injuste de réduire ce roman à une lecture jeunesse. D'abord, parce qu'il me semble avoir lu, il y a plusieurs mois, l'auteur dire qu'il n'écrivait pas différemment lorsqu'il était publié par un éditeur qualifié jeunesse et un autre plus adulte – ou si ce n'est lui, c'est un autre. Ensuite, parce que j'ai lu et beaucoup aimé ce livre qui n'a de spécifiquement jeunesse que le fait d'être écrit par les yeux d'un ado. Bien que peu amateur du genre, je me suis vite pris au jeu, et très vite est née l'envie de comprendre où cette histoire nous emmenait. Outre le suspense créé par l'origine géographique du fugitif, la traque dont il est la victime, la crainte des ados quant à avoir affaire à un éventuel criminel ou malade mental, l'échéance du déménagement et de l'implosion de la tour, ce roman aborde des thèmes très actuels. Évidemment, la question des migrants, des réseaux, des passeurs, thème cher à Éric Pessan – dont il a déjà parlé dans "Les étrangers" : "Certaines personnes fuient la guerre, traversent l'océan au péril de leur vie, se cachent sous des camions, franchissent des montagnes à pied et se font menotter par la police à l'arrivée, puis sont renvoyées à l'endroit où elles vont être massacrées. Je l'ai lu dans les journaux." (p.42)

    On y parle aussi de la vie dans les quartiers dits difficiles, dans des familles empêchées. Éric Pessan aborde aussi la question de l'éducation, de l'information et de la rencontre avec autrui. Celle qui permet de découvrir l'autre, de découvrir sous un nouvel angle ses proches et parfois même de se découvrir soi-même. Un roman d'initiation par la rencontre d'un étranger, d'une personne totalement opposée avec laquelle même la communication est compliquée.

    Tout en finesse, Éric Pessan parle de tout cela dans ce roman qui parlera aux ados mais aussi, comme je l'écrivais plus haut, aux ados avec beaucoup d'années d'expérience que sont leurs parents. Un livre à lire et à faire circuler en famille.


  • par (Libraire)
    13 février 2019

    "Tu peux vivre heureux ici, je peux prendre soin de toi. Je ne laisserai personne te faire du mal. Nous pouvons grandir ensemble, E.T" scénario du film E.T, Steven Spielberg.

    Jeff et son frère Norbert ont trouvé un fugitif dans la cave de leur immeuble. Est-ce un migrant ? Un criminel en cavale ? Un malade mental ? Impossible à dire. L’homme est étrange, il a la peau trop blanche, les yeux sans pupilles, et il ne s’exprime qu’en faisant claquer sa langue. Il semble traqué, mais il refuse de s’éloigner de la tour où habitent les deux frères. Comment vont-ils le cacher alors que l’immeuble, voué à la démolition, sera détruit dans quelques semaines ?


  • par (Libraire)
    6 février 2019

    L'E.T. l'extraterrestre des temps modernes !

    C'est la nuit. Tout est calme dans la cité. Dans sa chambre, Jeff, jeune adolescent, s'interroge sur la démolition de son immeuble et son futur déménagement. Il n'imagine pas quitter l'immeuble où il vit depuis toujours. Soudain, il entend des crissements de pneus. Un homme semble courir à en perdre haleine. Serait-il en fuite ? Est-ce un migrant ou un criminel en cavale ? Jeff préfère ignorer cet événement. Peut-être est-ce le fruit de son imagination...
    Le lendemain, son frère Norbert, affolé, lui dit avoir trouvé un homme dans leur cave. Un homme étrange qui n'a pas de pupilles et dont le langage se limite à des claquements de langue. Comment vont-ils le cacher dans leur immeuble voué à la démolition ? Parviendront-ils à l'aider à rentrer chez lui ?
    En aidant cet étranger, Jeff s'aidera lui-même en renouant avec son frère et ses parents. Il comprendra réellement ce que signifie être chez soi.
    Tout en soulevant des interrogations actuelles telles que les conditions de vie en banlieue et l'immigration, ce roman a comme un air moderne du mémorable « téléphone, maison » de E.T. l'extraterrestre !