Les petits orages

Les petits orages

Marie Chartres

École des Loisirs

  • 19 février 2017

    Nominé Prix Sorcières 2017 - catégorie Romans Ados

    Depuis un an, Moses étouffe dans un corps qu’il ne contrôle plus, et son récent handicap lui rappelle constamment sa faute - d’autant que son père ne lui adresse quasiment plus la parole et que sa mère s’efforce d’afficher en permanence une bonne humeur désarmante. Lorsque Moses se lie avec le nouveau venu de son lycée, un Indien du nom de Ratso qui le surnomme Tige brisée, son quotidien est chamboulé. Si l’un est renfermé sur lui-même, l’autre est bourru et impulsif. Les adolescents vont peu à peu se livrer l’un à l’autre et faire route ensemble vers Pine Ridge, la réserve indienne de Ratso. La fuite vers une terre inconnue sera libératrice : telle une déferlante, la rage sourde de Moses fait surface et livre des émotions enfouies et refoulées depuis longtemps. "Les Petits Orages" nous décrit cette amitié touchante entre des personnages écorchés par leur passé, qui pourront à travers elle, se libérer de leurs secrets. Le récit est terriblement poignant, il oscille entre le passage initiatique à l’adolescence (souvent très drôle) et la honte immense que Moses éprouve depuis son geste irréparable. Par ailleurs, ce superbe roman nous emmène en voyage : à la fois fascinés par les magnifiques paysages nord-américains, on est obligé d’affronter l’envers du décors en découvrant les conditions de vie sordides et désastreuses des réserves indiennes.


  • 1 mars 2016

    Conseillé par la Librairie M'Lire à Laval

    Comme si être un ado en pleine crise d’acné et avoir un prénom à rallonge ne suffisait pas, Moses Laufer Victor Léonard a aussi une jambe qui part en vrille. Une jambe qui l’oblige à porter une béquille envahissante et qui le range dans la catégorie des «empêchés», comme a si bien l’habitude de le qualifier sa professeure d’histoire. Depuis un an, Moses étouffe dans son corps qu’il ne contrôle plus et son handicap lui rappelle constamment sa faute. Le poids de sa culpabilité est d’autant plus fort que son père ne lui adresse presque plus la parole, et sa mère, au lieu d’afficher sa souffrance, ne cesse de sourire et de faire preuve d’une bonne humeur déstabilisante.

    Lorsque Moses se lie avec le nouveau venu de son lycée, un Indien du nom de Ratso qui le surnomme Tige brisée, son quotidien est chamboulé. La rencontre entre ces deux personnalités opposées fait naître des dialogues et des scènes amusantes et plutôt cocasses. L’un est renfermé sur lui-même, l’autre bourru et impulsif. Ces adolescents vont peu à peu se livrer, laisser échapper leur colère incomprise, et faire route ensemble vers Pine Ridge, la réserve indienne de Ratso, où ils pourront enfin se libérer de leurs secrets.

    "Les Petits Orages" offre une amitié touchante entre ces personnages écorchés par leur passé. Le récit est poignant, autant sur le côté initiatique du passage à l’adolescence de Moses (qui est aussi très drôle par moments !), que celui sur la honte qu’il éprouve depuis son geste irréparable le jour de l’accident. Marie Chartres explore l’ «après» du drame qui sépare une famille et fait germer un ressentiment silencieux et insidieux de la part du père et un détachement feint de la mère. Alors la rage sourde de Moses refait surface et, telle une vague, vient submerger ses émotions enfouies et refoulées depuis longtemps. La fuite vers une terre inconnue sera libératrice.

    Découvrez vite ce superbe roman dont l’histoire se déroule dans le Dakota du Sud. Il vous fera voyager avec les descriptions magnifiques des paysages nord-américains, mais aussi retomber les pieds sur terre en évoquant les conditions de vie sordides et désastreuses des réserves indiennes isolées.

    Librairie M'Lire à Laval

    Pour découvrir le contenu du CITROUILLE HEBDO de cette semaine, cliquez ici ! - Pour recevoir chaque matin deux conseils directement dans votre boîte mail, cliquez là! - Bonnes lectures à toutes et tous! ;-)