Chantepages L.

Conseillé par (Libraire)
21 décembre 2018

Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Xian-Zi est une princesse, fille de l'Empereur de Jade, vivant dans le Palais du Ciel. Un jour, elle descend sur Terre pour la découvrir, et rencontre un jeune homme dont la mère est gravement malade. La céleste princesse la soigne, reste avec le jeune homme un an durant. De leur union naît un fils. L'Empereur de Jade, agacé de ne pas revoir sa fille, envoie sur Terre son fidèle garde et quelques soldats pour la ramener au Palais du Ciel. Le fils de la princesse, connaissant son origine, part retrouver sa mère. Cette dernière lui coud un vêtement et lui fait des gâteaux, des gâteaux de Lune. L'Empereur de Jade renvoie l'enfant sur Terre : la séparation est terrible, la princesse tombe gravement malade. Son père comprend que la séparation mère-enfant en est la cause. Il conçoit lui-même les gâteaux de Lune sur lequel il grave l'effigie de l'enfant, et autorise la princesse à aller sur Terre une fois par an, retrouver son enfant.

Chen Jiang Hong nous raconte à sa façon une histoire inspirée de plusieurs contes chinois, racontant eux-mêmes l'origine de la fête de la Lune, durant laquelle la famille se réunit, mange des gâteaux de Lune pour célébrer le fait d'être ensemble. Il met en lumière ce conte avec des illustrations qui ne sont pas sans rappeler des estampes, tant par leur composition que par les couleurs et les techniques de dessin utilisées. Le thème majeur de ce conte, soit les liens très forts qui unissent deux personnes, rend l'histoire universelle, atemporelle. Nous avons ici un beau livre qui ravit petits... et grands !

Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

13,00
Conseillé par (Libraire)
14 décembre 2018

Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Quand Chandler rencontre Hopper… Edward est un jeune journaliste ; un jour que son ami Paul, détective privé de son état, lui demande d'assurer l'intendance à son bureau, il est contacté par une jeune femme. Cette dernière, confondant Edward avec son ami détective, lui fait une requête bien particulière : celle de trouver des personnes qui se souviendraient d'une certaine Lola Pearl. Edward a cinq jours pour mener à bien cette mission...
De prime abord, on pourrait s'imaginer qu'il s'agit là d'un polar tout ce qu'il y a de plus banal, même si la requête de la jeune femme, il est vrai, est bien singulière. Mais ce n'est pas sans compter sur les talents d'écriture de Davide Cali qui conçoit tout un récit policier à partir de certains tableaux du peintre américain Edward Hopper ! Nous sommes plongés dans l'Amérique des années 20 à 40, dans son architecture, son ambiance d'entre-deux guerres, avec un récit qui rendrait vers de jalousie des Raymond Chandler et autres Dashiell Hammett. Les différents tableaux du peintre s'ancrent dans le récit d'une manière simple et élégante – c'est à croire que Hopper lui-même racontait une histoire à travers la globalité de son œuvre – et Ronan Badel vient corroborer le tout via des croquis, des crayonnés, des petites touches d'aquarelles ici et là qui donnent au livre et à son lectorat un sentiment d'authenticité... Et que dire de l'objet-livre, petit carnet souple qui rappelle les Moleskine des artistes et autres écrivains qui y notent des idées, des fulgurances... Bref : voilà là une bonne manière d'initier les plus jeunes (et même les moins jeunes) à un peintre méconnu. - Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Conseillé par (Libraire)
8 décembre 2018

Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Un soir d'hiver, une renarde cherche un abri chaud pour mettre bas. Chassée de partout, elle finit par trouver refuge dans une cabane de jardin ; de sa fenêtre de chambre, un petit garçon l'observe. Il la suit, non pas pour la chasser, mais pour lui témoigner son hospitalité.
Voilà un album sans texte parfaitement maîtrisé. L'histoire, simple et très bien narrée grâce à une mise en scène claire et fluide, transmet des valeurs de solidarité, d'amitié, toujours bienvenues. Camille Garoche est une plasticienne aux doigts de fée : chaque double page est une photo d'un décor de papier ou de carton tout de blanc vêtu et avec une lumière très chaleureuse qui n'est pas sans rappeler l'esprit de solidarité de l'enfant. - Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Conseillé par (Libraire)
20 octobre 2018

La solidarité

Dans une grande ville faite de grands immeubles vivait un vieux petit monsieur qui vivait dans une petite maison. Tandis que tout le monde regardait la télévision, lui profitait du temps qui passe avec son petit grillon. Un jour, il se retrouva expulsé de chez lui. A la rue tout qu'il était, il ne perdit pas espoir. En rencontrant successivement une poupée, une orpheline, un géant et une maison abandonnée, il se rendit compte que la solidarité était loin d'avoir quitté ce monde.

Tandis qu'on essaie de nous faire voir le verre à moitié vide, cet album musical fait du bien. Oui, la solidarité est toujours de ce monde, et nous fait comprendre qu'un geste individuel, une simple gentillesse, rend le monde meilleur. La solidarité est le coeur-même de notre société, elle est toujours présente, et il est parfois bon de se le rappeler. Sur un texte très poétique de Ludovic Souliman et les illustrations de Bruna Assis Brasil vient se poser un accompagnement musical du meilleur effet. C'est pour vous dire, messieurs-dames, que cet album-là devrait se retrouver dans chaque foyer.

17,00
Conseillé par (Libraire)
3 octobre 2018

Lovecraft resurgit

Richard, Matéo et José vivent dans le Morvan, et y a pas grand chose à y faire pour des ados de leur âge, si ce n'est lire et relire les numéros de Héros, une saga imaginée, écrite et dessinée par Jean Valognes et qui se passe dans leur coin. Le trio n'a qu'une envie, écrire une autre saga inspirée de leur univers favori. Un soir qu'ils réfléchissent à la continuité de leur histoire, un étrange inconnu ensanglanté donne à Richard une fiole dans laquelle se trouve un liquide étrange. A partir de là, les ennuis commencent...
Si vous avez aimé la série Stranger Things (véritable ode à toute la pop culture et la musique des années 80) et que Lovecraft est votre auteur de chevet, alors vous allez a-do-rer le premier tome du diptyque Héros de Benoît Minville. Le roman raconte le quotidien d'une bande de geeks (au mauvais sens du terme), et le récit tourne peu à peu dans l'horreur. Les allusions au maître de Providence – Lovecraft, donc – s'insèrent parfaitement dans le récit, et son esprit torturé, sinueux et visqueux vient hanter peu à peu les pages du roman, quitte à vous perturber un peu et vous faire perdre des points de santé... Quant à ce fameux sommeil évoqué sur la première de couverture, comment dire... il se peut qu'il soit impie. A la librairie, en tout cas, on en demande toujours plus !