Chantepages L.

MOI, LE LOUP

Perret Delphine

Thierry Magnier

19,90
par (Libraire)
18 novembre 2017

Cynisme et animal sauvage

Amis de Calvin et de son tigre en peluche Hobbes, ou encore de Pico Bogue, ne cherchez plus, j'ai trouvé votre nouveau bonheur : Moi, le loup, de Delphine Perret, saura vous faire rire plus encore. A travers divers chapitres, on suit les pérégrinations d'un petit garçon et de son vrai grand méchant loup (qui s'appelle Bernard), et qui a été trouvé dans la rue. Ce dernier, qui a pour ambition première de dévorer l'enfant, va s'avérer être un ami et bon protecteur. Cela va donner lieu à des comiques de situations et d'autres répliques drôles, quoique parfois cyniques, voire sarcastiques et grinçantes, ce qui fait que Moi, le loup... sera sans doute plus apprécié par les plus grands que par les jeunes lecteurs.

Attention chien méchant !

Attention chien méchant !

Vivès, Bastien

Casterman

14,95
par (Libraire)
17 novembre 2017

Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Du noir. Beaucoup de noir. Et du bleu. Un peu de bleu. Un dessin minimaliste, et un texte réduit le plus possible. Juste l'essentiel. Pas de doute, on est en présence de Bastien Vivès, le prodige de la bande dessinée franco-belge – mais ai-je besoin de le présenter encore ? « La première histoire qui fait peur de Bastien Vivès », nous dit la banderole qui accompagne l'album : on ne peut pas être en désaccord. Nous adoptons le point de vue d'une personne qui, armée de sa seule lampe-torche, s'aventure dans une maison vide, un peu inquiétante, la nuit. Au loin, un chien hurle. On finit par arriver devant un puit duquel s'échappe des cris. On s'appuie sur la margelle, on se penche : des personnes y sont piégées. L'une d'entre elles nous prévient d'un danger imminent : on se retourne, et...

Pour un premier album jeunesse – puisque visiblement ç'en est un – Bastien Vivès tape fort et nous fait peur. S'inspirant sans doute de certaines explorations urbaines (pratique plus ou loin illégale consistant à visiter des lieux abandonnés parfois habités par des personnes peu fréquentables), et des creepypasta (petits contes horrifiques mis en scène généralement sur Internet), cet auteur-dessinateur aux doigts d'or a compris qu'il ne sert à rien d'être dans l'excès d'éléments horrifiques. Au contraire, l'ambiance à elle seule suffit à nous mettre mal à l'aise. Qui l'eût-cru ? J'ai réussi à avoir peur en lisant un livre !

Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

TU SERAS MA PRINCESSE

Malte Marcus/Lejonc

Sarbacane

18,00
par (Libraire)
4 octobre 2017

Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Attention : l'album chroniqué ci-dessous est susceptible de provoquer en vous un immense coup de cœur. Vous êtes prévenu.e.s.
Marcus Malte, auteur de polars et de livres pour la jeunesse, livre ici un fabuleux poème à la gloire de celle qui pourrait être sa fille, sa princesse. Il n'hésite pas à jouer sur l'aspect merveilleux d'un tel statut nobiliaire, en reprenant au futur la fameuse introduction « Il était une fois... », qui devient ici « Il sera une fois... » et à faire intervenir la culture des contes et des légendes, avec la Belle au bois dormant (« la belle au bois qui dormait »), Petit poucet, la marâtre, récurrente dans beaucoup de contes, etc. Cette ambivalence est corroborée par les magnifiques illustrations de Régis Lejonc : sommes-nous amusés de voir Blanche-Neige jouer auprès du Lapin blanc et du Chapelier Fou, ou encore le Petit Chaperon Rouge tirer la langue au grand méchant loup. Et c'est justement là le point fort de l'album : la princesse évoquée ici est moins une figure niaise walt-disneysque qu'une fille ancrée dans une réalité contemporaine. Cette princesse-là n'hésite pas à prendre l'épée et de l'assurance pour faire taire les commentaires mièvres et condescendants (« Ooooh ma p'tite princesse choupinette bidou bidou... ») ; le prince charmant se retrouve alors au chômage, tant pis pour lui, il est remplacé par la figure bien plus rassurante du père, et la princesse a toujours droit à ses câlins, ses bisous, son confort dans un monde qui lui convient.
Au final, Tu seras ma princesse est un album on ne peut plus magnifique qui plaira aux papas de jeunes filles (et même des moins jeunes) qui aiment péter les genoux des lieux communs sexistes et dévalorisants. - Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

LE JARDIN DU DEDANS-DEHORS

Chiara Mezzalama et Régis Lejonc

Des Elephants

15,00
par (Libraire)
28 septembre 2017

L'amitié plus forte que la guerre

Deux enfants, un frère et une sœur, vivent avec leurs parents dans un palais avec un immense jardin, dans une ville tombée aux mains de l'ayatollah Khomeini et de ses hommes ; nous sommes en 1979, le sha d'Iran a été déchu et a fuit le pays, qui est devenu la République islamique d'Iran. Les deux enfants vivent dans la sécurité de leur jardin, loin des bombes, loin de la violence des religieux, les deux mondes étant séparés par un mur. Un jour, un garçon ose franchir le mur et venir jouer dans ce jardin... Tandis que le frère voit cette intrusion comme dangereuse, la sœur voit là l'occasion de se faire un nouvel ami.
Le Jardin du dedans-dehors est un mélange d'album et de bande dessinée, si l'on s'appuie sur le découpages des pages en diverses cases et sur l'incursion de phylactères. L'opposition des deux mondes passe par un code couleur simple mais efficace : des teintes vertes pour signifier le jardin, l'intérieur, la sécurité, et les nuances de rouge pour souligner le danger et la violence de ce qui se passe dans le reste du pays. Outre le contexte historique et géographique dans lequel se déroule l'histoire, on peut également voir une opposition entre la Nature et les ravages causés par l'humanité, et l'arrivée du petit garçon dans le jardin viendrait tordre le cou aux idées fatalistes pour qui l'espèce humaine est le Mal incarnée qu'il faudrait détruire à tout prix.
C'est, surtout, une très belle histoire d'amitié qui fait fi des frontières et des préjugés et contre laquelle rien, pas même la guerre la plus crasse, la plus basse qui soit, n'y peut quoi que ce soit.

La princesse, le loup, le chevalier et le dragon
par (Libraire)
7 septembre 2017

Petit album provoque grand éclats de rire

C'est l'histoire d'une princesse, d'un chevalier, d'un loup et d'un dragon (et promis, ce n'est pas le début d'une mauvaise blague). La princesse aime la bagarre et n'a aucun scrupule à taper un pauvre loup sans défense ; le chevalier aime la bagarre et n'a aucun scrupule à taper un pauvre dragon sans défense. Vous vous doutez bien que quand ces deux terribles énergumènes se croisent en forêt, ils ont pas trop envie de s'envoyer des politesses : pire, ils s'insultent ! Du moins le suppose-t-on, puisque les dialogues sont censurés. Et voilà que le dragon revient se venger, pareil pour le loup... Faut-il craindre le pire ? Il ne tient qu'à vous de le découvrir en lisant cet album !
L'histoire nous prend totalement au dépourvu à chaque page : impossible de prédire ce qui va se passer tant les retournements de situation sont incongrus. C'est bourré d'humour, ce petit album saura provoquer de grands éclats de rire !