DEUX SECONDES EN MOINS
par (Libraire)
27 février 2018

Conseillé par la Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Igor a le visage défiguré suite à un accident de voiture : il sait que sa vie ne sera plus jamais comme avant. Rhéa a le cœur en bouillie parce que son petit ami est passé sous un train : elle se dit que sa vie ne sera plus jamais comme avant. Ils sont tous les deux pianistes et la musique leur permet de mettre un peu de baume sur les plaies. Ils ont surtout le même professeur de piano, un enseignant du Conservatoire qui, exceptionnellement, se rend à leur domicile. Igor joue du Satie, Rhéa du Mozart ; leur jeune prof va leur faire travailler chacun de leur côté une partie de la Fantaisie en fa mineur de Schubert, une œuvre pour piano qui se joue à quatre mains. Igor et Rhéa vont ainsi apprendre à se connaître, se comprendre et retrouver goût à la vie.

Ce roman est écrit à la manière de ladite fantaisie schubertienne : à quatre mains. Schubert, c'est ce jeune compositeur classique, qui a, avec Beethoven, montré de nombreuses facettes romantiques dans sa musique, et il est le meilleur compagnon qui soit pour les cœurs blessés. Le professeur de piano ne s'y est pas trompé, et Marie Colot et Nancy Guilbert non plus. Elles déploient, à travers une écriture fluide, une palette d'émotions et de sentiments, sans pour autant tomber dans le pathos. Les trois œuvres qui ponctuent ce roman, la première Gymnopédie de Satie, la douzième sonate de Mozart et la Fantaisie de Schubert sont construites en clair-obscur et leur évocation vient merveilleusement étayer ce roman. C'est une très bonne lecture, fluide, agréable, optimiste : c'est tout ce qu'il nous faut pour nous couper un peu de ce bas-monde sordide.

Librairie Sorcière Chantepages à Tulle

Tous les conseils de lecture